Mémorial de Rivesaltes : L'architecte RICCIOTI se fout du Monde PDF Imprimer Envoyer
Dimanche, 11 Octobre 2015 19:21

Dans son édition du 28 septembre intitulé « Mémorial de Rivesaltes » le journal « Le Monde » publie un reportage pour valoriser la réalisation du musée porté par la région Languedoc-Roussillon et par l’Etat.

Ce document fait l’impasse sur le caractère remarquable de l’écosystème des lieux et sur les destructions engendrées par l’immeuble-musée.

Le caractère remarquable du site classé en Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Floristique et Faunistique (ZNIEFF) continentale de type I, intitulé « Camp militaire du Maréchal Joffre », est décrit sur le site du Muséum d’Histoire Naturelle Camp militaire du Maréchal Joffre(pdf).

Tout particulièrement la zone naturelle recèle de nombreuses espèces protégées et l’arrêté préfectoral, autorisant la destruction de leurs habitats, liste 22 espèces d’oiseaux dont la Cochevis de Thékla, 2 espèces de mammifères dont le Hérisson d’Europe et 9 espèces de reptiles.

Ainsi pour le Lézard ocellé (Timon lepidu ex Lacerta lepida), espèce de reptile menacée à l'échelle nationale et européenne, le Plan national d'action mis en place pour sa conservation par le ministère de l’écologie est un axe majeur de la politique nationale en matière de préservation de la biodiversité Plan national d’actions(pdf).

Lire la suite...
 
LEZARD CATALAN contre MARBRE BLANC PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 30 Juillet 2015 13:00

Le défrichement d'une nouvelle carrière à VINGRAU suspendue par le juge des référés

Alors que les Corbières catalanes sont livrées depuis des années à la perforation des carriers, l'autorisation préfectorale de destruction d'espèces protégées pour un nouveau front de taille a été contestée en urgence devant le juge des référés de Montpellier par notre fédération.

Selon des procédures particulièrement bien huilées entre la DREAL (Service de l'Etat à Montpellier) et le carrier les obligations de maintenir les espèces et les habitats protégés dans un état favorable ne pèsent pas lourd. Même en site Natura 2000, comme c'est le cas dans les Basses Corbières.

Le chantage à l'emploi transpirait de tous les écrits et la préfète a cru en rajouter dans ses écritures pour rendre les défenseurs du site responsables de la disparition de l'Aigle de Bonelli, tout en oubliant que le carrier dispose déjà d'autorisation d'exploiter pour des centaines de milliers de tonnes de calcaire dans le secteur.

Mais attention le calcaire en question est plus blanc ! Même blanc de blanc ! Ce sont les 8 derniers petits hectares de Jurassique français ! Les larmes nous en coulent de poussière !

Pour la préfète CHEVALIER, il ne pouvait s'agir que d'un intérêt public majeur et même de raisons impératives d'intérêt public majeur.

Lire la suite...
 
QUADS EN LIBERTĒ : LE TRIBUNAL DE PERPIGNAN DĒSAVOUĒ PDF Imprimer Envoyer

La Fédération France Nature Environnement (1) soutenait que la publicité relative aux quads sur le site Internet de la Société Liberty Quad, implantée dans les Pyrénées-Orientales, contrevenait à la loi en montrant un modèle de véhicule évoluant dans un espace naturel de montagne.

L’assignation de ladite société devant le tribunal d’instance de Perpignan en paiement de dommages et intérêt à hauteur de 5 000 € avait abouti au rejet de la requête. Le juge de Perpignan déboutait FNE au motif que la seule présence d’un quad dans une zone de montagne n’établissait pas que le véhicule ne se trouvait pas sur une voie classée dans le domaine routier… La fédération était condamnée à 1 500 € au titre de l’article 700 du code de procédure civile.

Lire la suite...
 
PORT-VENDRES LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF SANCTIONNE L’URBANISME CONTRAIRE A LA LOI LITTORAL PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 25 Juillet 2015 11:14

Une première en France : une gendarmerie construite en zone illicite !

Malgré les informations colportées par le Maire de PORT-VENDRES, c’est une nouvelle et sévère condamnation du plan local d’urbanisme de la commune que vient d’énoncer le tribunal administratif de Montpellier.

Il s’agissait pour les associations d’obtenir enfin la reconnaissance que certains quartiers du port catalan, surplombant la mer, doivent bénéficier des protections de la loi Littoral. Elles mènent ce combat depuis plus de deux décennies avec à chaque modification ou révision de POS un déni des décisions de justice précédentes.

Ainsi le maire de la commune après avoir tenté de passer en force pour implanter sur le Cap Béar, quartier des Tamarins, un complexe hôtelier de 14 villas, précédemment annulé, vient à nouveau d’autoriser 21 villas sur les mêmes parcelles !

Lire la suite...
 
Consommateur, le Carré d’Or te dévore ! PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 25 Juin 2015 21:51

Les suppliques et les manifestations des commerçants du centre-ville n’ont pas suffit. Inexorablement le maire de Perpignan et autres élus de l’agglomération PERPIGNAN-MEDITERRANEE mettent les bouchées doubles pour développer les grandes surfaces. Un rythme effrayant et insupportable qui a conduit la Fédération FRENE a demandé au Tribunal administratif l’annulation du Document d’Aménagement commercial de la Plaine du Roussillon, contenu dans le SCOT (Schéma dit de cohérence territoriale mais plutôt Schéma de préférence commerciale !). Alors que la surface de vente totale des grandes surfaces y est de 1369 m2 pour 1000 habitants, bien supérieure à la moyenne nationale (1002 m2) et à celle de la région Languedoc-Roussillon (1063 m2), 147 268 m2 sont encore autorisés en Roussillon.

Lire la suite...
 
« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »

Page 8 sur 21

Qui est en ligne ?

Nous avons 4 invités en ligne